Anti-graffiti

Publics ou privés, monuments historiques, commerces, ou habitations, nos bâtiments sont exposés en permanence à un vandalisme croissant qui se traduit entre autres par des badigeonnages, tachages et graffiti divers. Cette nuisance, limitée jusqu’à ces dernières années dans le temps et dans l’espace, connaît une croissance exponentielle.

A titre d’exemple, en 2010 à Paris, près de 200.000 m2 de graffiti ont nécessité des interventions de nettoyage plus ou moins difficiles et agressives pour les matériaux de façades.

En effet, l’élimination de tels marquages est rendue d’autant plus aléatoire que le support est fragile et que sa porosité est élevée; le plus souvent, un aspect acceptable n’est retrouvé qu’après un traitement abrasif des surfaces touchées, entraînant une dégradation irréversible du patrimoine immobilier.

Informations

Photos