Humidité ascensionnelle

Principes généraux: origine de l’humidité ascensionnelle (également appelée remontée capillaire)

En cas d’absence ou de défaillance d’une membrane d’étanchéité à la base d’un mur, les matériaux de construction en contact avec l’eau ou le sol humide sont soumis à une remontée capillaire.

La migration d’eau par remontée capillaire se caractérise par un % d’eau maximum à la source (bas de mur), avec une diminution progressive de cette teneur en eau de bas en haut pour atteindre une valeur minimale (d’équilibre) à environ un mètre de hauteur.

L’importance de la remontée capillaire dans un mur va dépendre: des matériaux concernés, de l’épaisseur des murs et de leur teneur en sels, de la porosité globale, du taux d’évaporation potentiel.

En effet, les matériaux utilisés en maçonnerie (briques, pierres ou mortier) comportent tous dans leur masse des petits vides que l’on dénomme «pores». Le volume total de ces pores constitue la porosité totale des matériaux.

Toutes les maçonneries traditionnelles en contact direct avec le sol sont sujettes à ce phénomène, même si elles sont constituées de moellons ou de blocs de matériaux très peu poreux (pierre bleues, porphyre, galets silicieux…). Dans ce cas, c’est le mortier de construction qui fait office de milieu de propagation.

Des remontées capillaires peuvent également exister dans des cloisons, murs intérieurs reposants sur des chapes, de mortier ou de bétons humides.

Une maçonnerie en contact avec une source d’eau, fonctionne comme une pompe, un buvard, une éponge!

Informations

Photos