Murs enterrés

Conséquences possibles de l’infiltration d’eau

La pénétration d’eau ou d’humidité dans une construction partiellement ou totalement enterrée peut avoir différentes conséquences, telles que:

  • Des dégâts à la finition intérieure (enduit, peinture,…): décoloration, décollement du support, …
  • La corrosion d’éléments métalliques,
  • Des flaques d’eau et de la boue,
  • La formation de moisissures ou la détérioration des matériaux stockés dans les locaux.

Dans les murs enterrés, trois types d’humidité possibles:

  • Condensation (adapter la ventilation aux locaux)
  • Humidité ascensionnelle (voir section B100)
  • Capillarité ou eau sous pression (cette section)

Composition des parois enterrées

Les matériaux constituant les parois enterrées influencent considérablement les risques d’infiltration.

Suivant les cas, la quantité d’eau absorbée ou s’infi ltrant par la paroi peut varier dans des proportions considérables:

  • Le béton est relativement imperméable; les risques sont donc assez faibles à l’exception des jonctions murs et sols;
  • Les briques creuses sont beaucoup plus perméables. Il faut donc tenir compte de leur absorption capillaire relativement élevée et des éventuelles réactions chimiques (efflorescences de sels hygroscopiques);
  • Les maçonneries en blocs de béton sont très perméables et doivent donc faire l’objet de mesures adéquates;
  • Pour les murs composés de briques et de blocs, le joint reste un élément faible:
  • Degré d’absorption d’eau élevé
  • Microfissures de retrait
  • Autre cause fréquente des passages d’eau; liaison entre le sol et les murs.

Informations

Photos